Ayurveda

Ayurveda est le nom sanskrit fait de : VEDA, « connaissance » ou « science », et AYUR, désignant la vie. L’Ayurveda est donc la connaissance de la vie.
Cette médecine est issue des Védas, textes à l’origine de la pensée et des religions indiennes. Elle s’est développée parallèlement au Yoga pour former la branche pratique des VEDAS. Elle est le système original dont les systèmes de guérison modernes se sont inspirés à un moment ou à un autre, ce suivant les pays et les traditions.
L’Ayurveda se divise en huit branches distinctes : la médecine interne, les maladies de la tête et du cou, la chirurgie, les empoisonnements, la pédiatrie, le rajeunissement,
les aphrodisiaques et la psychologie.
La guérison par l’Ayurveda est envisagée à travers une prise en compte globale de la personne. Elle repose sur l’intégration des plans physique, mental, émotionnel, le spirituel, et ne considère jamais le corps comme différent de l’esprit. Ils forment un tout.

Selon l’un des principaux texte, l’Ayurveda est la science qui désigne les conditions de vie appropriées, non appropriées, joyeuses ou tristes, ce qui est propice ou défavorable à la longévité ainsi que les critères de la vie même.
CHARAKA SAMHITA I, 41

Les 3 forces cosmiques et les doshas.
Il existe trois forces cosmiques fondamentales : celle du vent, PRANA (énergie d’impulsion); celle du soleil, AGNI (énergie de transformation); celle de la lune, SOMA (énergie de cohésion).
L’équilibre et le contrôle de ces trois grandes forces cosmiques procurent la santé : ils sont à la base de tout processus de vie.
On retrouve ces 3 forces dans le corps sous une forme un peu différente, celle des trois humeurs biologiques, les doshas : Vata, Pitta, Kapha, correspondant aux éléments air, feu et eau.

Vata signifie : ce qui fait bouger les choses. Il est responsable dans le corps de tout ce qui concerne le mouvement : il gouverne l’équilibre, les sens, la compréhension, l’adaptabilité.
Pitta signifie : ce qui digère les choses. Il est responsable de tout processus de transformation (digestion) chimique dans le corps. Il gouverne également notre digestion mentale : notre perception. Kapha signifie « ce qui relie les choses entre elles ». C’est la substance du corps (SOMA).
Vata, Pitta et Kapha, ce groupe de trois doshas dans leur état naturel ou dans leur état de déséquilibre, donnent vie au corps mais sont aussi capables de le détruire.
Chaque DOSHA est elle même composée des cinq éléments. Les humeurs, et l’ensemble des constituants du corps n’ont pu se manifester qu’à travers la matière. Chaque être ou existence est régie par les mêmes principes que ceux qui régissent l’univers. Ces phénomènes sont corrélés les uns aux autres à travers « les cinq éléments » (ou les cinq principaux états de la matière):
La terre : l’état solide de la matière, associé à la solidité, rigidité et la stabilité
L’eau : l’état liquide de la matière, associé à la fluidité.
Le feu : le pouvoir de conversion de la matière solide en liquide, il est associé à la transformation des choses.
L’air: l’état gazeux, associé à la mobilité, au dynamisme.
L’ether ou espace : le champ dans lequel les choses sont apparues et auquel elles retournent. L’éther est l’élément qui permet aux choses de se produire.

HISTOIRE ET EVOLUTION
Les Origines
Il s’agit vraisemblablement du système de guérison le plus ancien du monde, possédant des racines qui remontent à plus de 5000 ans av JC. Apparue sur les rives du Gange, dans l’un des berceaux de l’humanité, l’Ayurveda est depuis des millénaires, la médecine traditionnelle Indienne. On dit que l’Ayurveda a été transmise par des sages vivant dans l’Himalaya: ils étaient à l’origine sept et formaient la constellation de la Grande Ourse. Un de ces sept sages, Bharadvaja, aurait reçu cette science du royaume des Dieux.

Les textes védiques nous décrivent un âge d’or où les êtres puisaient directement leur force, leur santé, dans celles de la nature. La maladie n’existait donc pas ou peu. A cette époque, on ne distingue pas l’Ayurveda de la guérison sur le plan psychique ou spirituel. Cette situation changea, lorsque les populations vivant au pied de l’Himalaya commencèrent à souffrir de différentes maladies dues à une mauvaise alimentation, et à l’altération de la qualité de l’air et de l’eau. On décida de réunir scientifiques et médecins provenant de différents pays afin de s’enquérir auprès des divinités de cette connaissance de la vie. Alors commence le développement de l’Ayurveda.
Les trois grands sages désignés étaient ATREYA, KASHYAPA ET DHAVANTARI. Chacun développa sa propre partie : Atreya se concentra principalement sur la médecine interne; Kashyapa appris la gynécologie, la pédiatrie, Danvantari la chirurgie
L’Ayurveda elle est l’aspect médical de la science védique. La pensée védique conçoit un ordre normal de la nature manifesté par la régularité du cours des astres et la succession des saisons. Cette philosophie primitive va se modifier au cours des siècles, et donner naissance aux différents courants philosophiques qui existent aujourd’hui en Inde.

La Santé vue par l’Ayurveda

Les textes ont donné de la santé la définition suivante : Le maintien de l’état optimal de l’ensemble des tissus du corps, de la digestion, des humeurs, des déchets, donne au corps la santé et la joie du corps et de l’esprit.
Le rôle de l’Ayurveda est de nous guider dans cette démarche.
Notre santé est liée à l’équilibre car il maintient la cohésion du corps.
Cet équilibre propre à chacun prend acte au moment de la conception. Il est immuable. Il peut cependant être altéré par un certain nombre de facteurs extérieurs. Afin de protéger le corps, les Doshas augmentent. Il y alors déséquilibre  et l’on entre dans le processus de la maladie.
En Ayurveda, on va rechercher la cause profonde de ce déséquilibre afin de pouvoir ramener la personne à son équilibre de base, le Prakitri. Pour cette raison, il n’existe aucun traitement standard des maladies.

 

LES THERAPIES AYURVEDIQUES
Les voies de traitement en Ayurveda son non agressives, progressives, profondes. Elles comprennent la purification du corps, sa tonification, et la réjuvénation des tissus.
On retrouve dans l’Ayurveda l’ensemble des voies de traitement utilisées dans les médecines traditionnelles, parmi lesquelles :
L’alimentation, ou l’utilisation correcte des aliments et des épices, par la connaissance de leurs propriétés, de l’action de leur saveur, la façon de les associer ou de les dissocier, en fonction des saisons, de l’âge, de notre constitution, de notre condition momentanée. La phytothérapie : l’utilisation des herbes et des plantes sous différentes formes (poudres, décoction, tablettes…) grâce à une connaissance millénaire de leur puissance curative. Le massage. L’aromathérapie, ou l’utilisation des huiles et des parfums. Le recours à l’ensemble des techniques du Yoga: postures, respiration, relaxation, méditation. L’utilisation des couleurs et des gemmes zt pour finir l’utilisation des sons.

L’AYURVEDA A TRAVERS LE MONDE
Riche de plusieurs millénaires de tradition et d’existence, l’Ayurveda est aujourd’hui, à une autre étape de son développement. Elle s’étend au monde occidental où elle traite de plus en plus de maladies modernes. L’Ayurveda a à la fois assimilé et régénéré, au cours de son histoire, les médecines traditionnelles, et modernes. Elle trouve aujourd’hui sa place dans les unités hospitalières en Inde, aux Etats-Unis, ce dans de plus en plus de pays du monde.
Elle est même reconnue par l’OMS en tant que :
« médecine traditionnelle incluant différentes pratiques, approches, connaissances et croyances en matière de santé, utilisant des médicaments à base de plantes, d'animaux et/ou de minéraux, des thérapies spirituelles, des exercices et techniques manuelles, appliqués seuls ou en combinaison, dans le but de maintenir le bien-être ainsi que de traiter, diagnostiquer ou prévenir la maladie ».
 
De part le monde, depuis un peu plus de vingt ans, des médecins ayurvédiques dispensent ce savoir. Ils sont de plus en plus nombreux à le faire et le nombre de pays demandeurs s’est accru : des Etats Unis à l’Amérique latine, Europe, Japon. En Inde, il existe depuis des générations des institutions où les médecins se forment à cette science dans le cadre de leurs études. Leur formation est validée par un diplôme : B.A.M.S.
Il n’existe pas encore d’équivalent en Occident. Cependant, aux Etats-Unis et en Europe, des écoles se forment. Certaines possèdent maintenant une homologation avec des universités indiennes ou américaines.